20 décembre 2022

Changer l’écran d’un smartphone soi-même

Changer un écran de téléphone toute seule, mais quelle mouche m’a piquée ? Comment trouver des pièces détachées ? Pourquoi ne pas tout simplement acheter un téléphone reconditionné ? Cette aventure valait bien un petit article pour partager mon expérience. 

Changer l’écran d’un smartphone soi-même - le kit de réparation.

Une prise de conscience sur les enjeux environnementaux du numérique 

L’été dernier, j’ai assisté à un atelier fresque du numérique. Le but de ce moment collaboratif est de sensibiliser et former les participant·e·s aux enjeux environnementaux du numérique. Petit rappel d’ordre de grandeur, le numérique en France, c’est 2,5 % de l’empreinte carbone nationale [1]. Et ce qui m’a été confirmé lors de cet atelier, c’est la prépondérance des terminaux et notamment de leur phase de production. À elle seule, cette phase concentrerait 70 % de l’empreinte carbone du numérique en France [2]. Pour donner suite à l’atelier, j’avais alors choisi comme action de prolonger la durée de vie du téléphone mobile de mon fils, dont l’écran était cassé (alors que lui souhaitait plutôt le remplacer pour Noël). 

Dans quoi est-ce que je me lançais donc ? N’était-ce pas une mission impossible ? 

L’indice de réparabilité d’un téléphone 

Une notion importante à connaître avant de se lancer dans ce type d’opération à cœur ouvert est l’indice de réparabilité d’un appareil numérique. Quesako ? L’indice de réparabilité est une note sur 10 à afficher sur les produits en vente. L’objectif est de sensibiliser le consommateur aux possibilités de réparation de son appareil. Cette mesure a été mise en place le 1er janvier 2021 dans le cadre de la loi anti-gaspillage promulguée le 10 février 2020, et porte sur plusieurs types d’appareils numériques (dont les smartphones). 

Puisque le Smartphone de mon fils est un peu ancien, il n’a pas d’indice de réparabilité officiel. Toutefois, d’après Backmarket (un des sites leader de l’électronique reconditionné), l’indice de réparabilité du Samsung S8 de mon fils était de 4/10 [3]. Autant dire médiocre ! Présence de vitres à l’avant et à l’arrière, composants fortement collés, le défi était donc de taille pour un premier essai ! 

L’achat des pièces détachées 

Changer l’écran d’un smartphone soi-même - le bloc écran.

L’indice de réparabilité prend en compte différents critères, l’un d’entre eux étant le prix des pièces détachées. Et là, au vu de ce que j’ai pu trouver, faire l’effort de réparer son smartphone plutôt que d’en acheter un neuf ou reconditionné tient encore clairement du militantisme. Pour le prix d’un bloc écran sur un site de pièces détachées en France (plus de 200 euros), j’aurais pu racheter le même modèle reconditionné ! Les pièces de rechanges sont très loin d’être bon marché !  

J’ai donc opté pour l’achat d’un bloc écran commandé en Chine affublé d’un petit défaut (une ligne de pixel colorée) lui conférant un prix plus attractif. Considérant mon expérience de novice, je restais assez peu confiante dans le succès de la réparation. L’investissement devait rester limité afin de réduire les coûts en cas d’échec ! ???? 

Changer l’écran du smartphone 

Armée de mon kit de réparation de smartphone, du tutoriel brico-phone, du nouveau bloc écran et de mon sèche-cheveux, me voici donc partie pour un atelier de réparation matinal en compagnie de mon fils. 

Premier challenge, et premier hic, décoller la vitre arrière ! Cette étape s’annonçait compliquée… Même en chauffant la colle à l’aide du sèche-cheveux, nous avons malheureusement cassé la vitre arrière en plusieurs endroits en souhaitant faire levier pour la décoller. À ce moment-là mon fils a commencé à avoir des sueurs froides ! 

La suite des opérations s’est toutefois mieux déroulée, même si décoller la batterie n’était pas du tout aisé. Nous avons une nouvelle fois eu des frayeurs lors du test de l’écran car rien ne s’allumait. Mais finalement, revisser quelques composants semble avoir remis des contacts en place et nous avons enfin pu voir apparaître le logo salvateur indiquant l’allumage ! Ouf, mission réparation accomplie !  

Le bilan final ? Un téléphone avec un écran avant comme neuf, une vitre arrière fissurée en plusieurs endroits, une coque pour masquer les petits aléas dus à la réparation sur la vitre arrière, le tout pour 70 euros. Avec, en prime, l’apprentissage de nouvelles compétences. C’est reparti pour une seconde vie ! 

Réparation versus achat d’un smartphone reconditionné, le bilan

Voici un comparatif de l’opération de réparation par rapport à l’achat d’un smartphone reconditionné : 

L’impact environnemental : 

Un rapide calcul de ratio poids nous donne 3.20 kg de CO2eq pour l’écran seul à comparer aux 15 kg de CO2eq communiqués par Samsung pour un SmartPhone complet pour les phases de fabrication, transport et fin de vie. 

Il est à noter que cette valeur de 15 kg de CO2eq sur laquelle nous nous sommes basés semble nettement sous-estimée par rapport aux valeurs moyennes pour les Smartphones (qui sont déjà plutôt basses) et aux données de notre base de référence EIME (qui rien que pour l’écran nous donnait plutôt une valeur de l’ordre de 40 kg de CO2eq). L’idée était de faire un comparatif rapide basé sur les publications Samsung, pas une revue critique de leur Analyse de Cycle de Vie. 

Bilan environnemental = gain de 11.80 kg de CO2eq 

L’impact financier : 

J’ai payé le bloc écran et une protection d’écran 70,10 euros (et 2h30 de mon temps précieux).  

Bilan économique = gain de 73 euros (par rapport au même téléphone reconditionné à environ 153 euros) 

Le bénéfice personnel : 

Pour la maman, la fierté d’avoir réussi à réparer un téléphone et à montrer à son fils qu’il est possible d’allumer un écran de téléphone alors qu’il est désolidarisé du châssis mais connecté via la nappe

Mon fils, par contre, était un peu moins enjoué que sa mère à l’idée de ne finalement pas avoir de téléphone neuf à Noël… parce que « franchement c’est trop excentrique de réparer son téléphone »… Donc mitigé, mais mitigé pour un ado, c’est déjà top, non ? 

Et vous, êtes-vous prêts à relever le challenge ?

Cela vous paraît être un challenge encore trop grand à relever ? Sachez que des réparateurs ou reconditionneurs peuvent faire ça pour vous. Et pour votre prochain investissement, n’oubliez pas de penser réparabilité, cela vous simplifiera la vie ! Fairphone, par exemple, propose des téléphones optimisés pour faciliter la réparation. J’ai pu tester le démontage d’un de leur appareils au Greentech forum, et c’est bluffant ! 


Sources : 

[1] https://www.arcep.fr/actualites/les-communiques-de-presse/detail/n/environnement-190122.html 

[2] https://www.senat.fr/commission/dvpt_durable/mission_dinformation_sur_lempreinte_environnementale_du_numerique.html 

[3] https://story.backmarket.fr/indice-de-reparabilite-iphone-7-et-samsung-galaxy-s8-qui-est-le-grand-vainqueur/1863/#:~:text=L’indice%20de%20r%C3%A9parabilit%C3%A9%20du,indice%20de%20r%C3%A9parabilit%C3%A9%20de%204 


Objectifs de développement durable

Le thème de cet article répond à l’ODD suivant :
=> 12. Consommation et production responsables

=> 13. Lutte contre le changement climatique

PARTAGER L’ARTICLE

LinkedIn
Email

Ces articles pourraient également vous intéresser

Le bien-être numérique

Si vous aussi vous rentrez de vacances bien méritées avec 1 847 emails non lus à traiter, c’est peut-être qu’il est temps de faire un

Partager l'article

LinkedIn
Email

D'autres articles

Le bien-être numérique

Si vous aussi vous rentrez de vacances bien méritées avec 1 847 emails non lus à traiter, c’est peut-être qu’il est temps de faire un