27 octobre 2022

Une sensibilisation sur les enjeux climatiques 

  • Objectif : sensibilisations des collaborateurs sur les enjeux énergie-climat et numérique-environnement et apporter une grille de lecture sur le Bilan de Gaz à Effet de Serre de l’entreprise
  • Animateurs : Rémi Gaubert (ancien salarié d’Infotel et bénévole actif pour Time for the Planet) et Gillo Malpart (Président de la société Mavana, spécialisée en conseil numérique et environnemental)
  • Investissement temps : 90 minutes
  • Public concerné : tout public

En juin 2022, la société Infotel a convié Rémi Gaubert (ancien salarié d’Infotel et bénévole actif pour Time for the Planet) et Gillo Malpart (Président de la société Mavana, spécialisée en conseil numérique et environnemental) à animer une conférence-atelier pour une sensibilisation des collaborateurs aux enjeux climatiques.

Organisée à l’occasion de leur séminaire d’équipe, et tenue en anglais parce que l’équipe est internationale, cette intervention avait pour objectif de sensibiliser les collaborateurs d’Infotel sur les enjeux énergie-climat et numérique-environnement, ainsi que d’apporter une grille de lecture sur le Bilan des émissions de Gaz à Effet de Serre de la société Infotel (établi en considérant ses activités de l’année 2019).

Une conférence-atelier sur les enjeux climatiques… en préambule d’une canicule 

14 juin 2022. Il fait chaud ce jour-là à Blagnac. Nous ne le savons pas encore, mais nous sommes à la veille de ce qui deviendra la première canicule de l’été 2022. La guerre en Ukraine et la crise du gaz russe ont déjà démarré et le dernier volet du 6e rapport du GIEC est sorti il y a quelques mois déjà. Pourtant, le grand public n’a pas encore pris la mesure de ce qu’il se passe : le Président de la République Emmanuel Macron n’a pas encore mentionné la « nécessaire sobriété énergétique », nous n’avons pas encore subi trois vagues de canicules dans le même été, ni les sécheresses qui vont priver d’eau des centaines de communes, ni les incendies qui vont décimer en Europe l’équivalent de la superficie de la Haute-Garonne. 

Ne connaissant pas le niveau de maturité de l’audience sur le sujet, l’intervention chez Infotel s’est organisée en plusieurs parties : 

  1. Le dérèglement climatique, l’impact des activités humaines et l’empreinte environnementale du numérique 
  1. Quelques explications et définitions en lien à « l’empreinte carbone » 
  1. Une analyse du Bilan des émissions de gaz à effet de serre d’Infotel 
  1. Un atelier participatif pour réfléchir ensemble à des actions concrètes de réduction des émissions à mettre en œuvre chez Infotel 
  1. Une présentation de Time for the Planet et de quelques-unes des innovations portées par cette organisation 

En voici un rapide résumé. 

De l’importance des ordres de grandeurs 

Il est difficile de parler des enjeux climatiques sans aborder la question du réchauffement climatique. C’est généralement un moment fondateur où un grand nombre de collaborateurs prennent conscience de l’urgence des actions collectives. 

Les quatre scénarios d’évolution du GIEC

La conférence débute alors par quelques explications sur les projections du GIEC1, qui explore 4 scénarios d’évolution possible de la température moyenne mondiale (et du climat) en fonction des émissions de gaz à effet de serre tout au long du XXIe siècle.  

projections du GIEC1, qui explore 4 scénarios d’évolution possible de la température moyenne mondiale (et du climat) en fonction des émissions de gaz à effet de serre tout au long du XXIe siècle
Source : dossier scientifique de TFTP, basé sur les données du GIEC 

Le scénario RCP8.5

À titre de comparaison, l’évolution de température prévue par le scénario RCP8.5 (+5°C) avait drastiquement changé la morphologie climatique du continent Européen dans les 20 000 dernières années. Avec 5°C de moins, la Grande Bretagne n’était pas séparée du reste du continent par la mer, et les pays scandinaves étaient recouverts d’une calotte de 3 km d’épaisseur !

Avec 5°C de moins, la Grande Bretagne n’était pas séparée du reste du continent par la mer, et les pays scandinaves étaient recouverts d’une calotte de 3 km d’épaisseur !
Source : https://avenirclimatique.org/

Le scénario RCP2.6

Le scénario RCP2.6 quant à lui correspond à l’objectif des Accords de Paris2 : rester largement en dessous d’une augmentation de +2°C d’ici 2100, et même viser +1.5°C. 

Pour respecter ce scénario, la France s’est engagée à diviser progressivement les émissions de gaz à effet de serre annuelles de la population française par cinq3 d’ici 2050. La cible annuelle de nos émissions individuelles pour 2050 est équivalent à ce qui est aujourd’hui émis par un voyageur en seulement un aller-retour vers la Côte Est des États-Unis ou 10 000 km effectués en voiture à essence sur une même année4.

La France s'est engagée à diviser progressivement les émissions de gaz à effet de serre annuelles de la population française par cinq3 d’ici 2050.

En fonction de l’entreprise commanditaire de la conférence, et des métiers présents dans l’auditoire, il est possible d’adapter la conférence aux compétences présentes. Il est par exemple très intéressant, pour prendre conscience concrètement du chemin à parcourir, de donner quelques ordres de grandeurs. Par exemple, en comparant l’empreinte carbone d’1 Go de données transférées sur les réseaux mobiles et sur une ligne ADSL, ou en évoquant les impacts de différents modes d’alimentation au restaurant, en quantifiant l’empreinte carbone d’un trajet domicile-travail de 10 km sur une année avec une voiture thermique. 

Il est également essentiel de partager autour des enjeux environnementaux qui dépassent ou viennent avec le dérèglement climatique, telle que les ressources métaux et eau. Eléments éminemment importants pour le secteur numérique.

« C’est ennuyant. Ces détails me font me sentir coupable » 

Des émotions fortes

Ce type de conférence en entreprise est extrêmement intéressant d’un point de vue socio-psychologique. Un groupe de collaborateurs est généralement divisé en plusieurs catégories qui peuvent parfois avoir des difficultés à dialoguer lorsqu’une entreprise amorce une transition numérique plus responsable.  

Il y a d’abord les climato-septiques et les climato-indifférents qui peuvent mettre des bâtons dans les roues de votre projet, n’en voyant pas l’intérêt. Et puis il y a tous ceux qui sont en colère5, anxieux ou déprimés face aux enjeux qui auront du mal à trouver une motivation pour suivre vos actions. Et enfin, vous retrouverez certainement certains collaborateurs qui ne comprendront pas pourquoi ça serait à eux de faire des efforts alors que certains autres pays polluent beaucoup plus. 

C’est tout à fait naturel. 

Un niveau de compréhension commun

Tout l’enjeu de ce type de conférence est de donner à chacun le même niveau de compréhension et pour réfléchir de manière constructive à des actions collectives. 

Il s’agit pour tous – collectivement et individuellement – de contribuer. De faire sa part. L’idée est de montrer également que personne n’est parfait. Il ne s’agit pas d’un discours moralisateur ou culpabilisant. L’idée n’est pas « d’arrêter de respirer » mais déjà de savoir afin d’agir, de faire des choix, en toute conscience. 

L’objectif de notre intervention est de faire comprendre la situation à tous afin de pouvoir discuter ensemble sur les mêmes bases et envisager sérieusement des actions individuelles et collectives. Non pas pour remettre en cause les individus mais plutôt pour engager la transformation de l’opérationnel de l’entreprise elle-même. L’effort de réduction doit provenir en grande majorité des organisations collectives, plutôt que des individus. 

L’effort de réduction doit provenir en grande majorité des organisations collectives, plutôt que des individus.
Source : Carbone4

Et puisque nous parlons d’entreprise, c’est le moment d’expliquer et d’illustrer un des outils de mesure d’impacts déjà adopté par Infotel : le Bilan des émissions de Gaz à Effet de Serre, également appelé Bilan GES ou BEGES. 

Le Bilan des émissions de Gaz à Effet de Serre d’une Entreprise de Services du Numérique 

Le Bilan Carbon d’Infotel

Après un bref aperçu des fondations et des différences entre Bilan Carbone® et Bilan GES, entre émissions directes et indirectes et des différentes catégories d’émissions de gaz à effet de serre, une présentation et un décryptage du bilan d’émissions de Gaz à Effet de Serre d’Infotel est fait. Ce dernier a été établi quelques années plus tôt en 2019, par le Citepa6, un des organismes de référence en la matière. 

En 2019 donc, les déplacements professionnels (avion, train et voiture) représentaient près de 80 % des émissions de GES pris en compte dans le bilan de la société Infotel (publié, comme il se doit, dans la base de bilans en ligne de l’ADEME7).  

Conformément à ce qui était autorisé dans le BEGES, ni les trajets domicile-travail ni l’empreinte carbone indirecte des services numériques n’ont été pris en compte dans ce bilan. Depuis juillet 2022, prendre en compte les émissions les plus significatives du scope 3 est obligatoire.

Atelier d’intelligence collective

Ces postes d’émissions n’étant pas des moindre dans le cas de la société Infotel, un atelier d’intelligence collective est alors proposé en séance. L’objectif de ce moment de partage est de réfléchir ensemble à quelques actions concrètes pouvant être mises en place au sein des départements des collaborateurs. 

En sont sortis quelques éléments clés : 

  • Concernant les déplacements domicile-travail : instaurer une politique officielle de télétravail à temps partiel (par exemple 50% du temps) et inciter à utiliser les transports en commun ou à se déplacer à vélo (en s’appuyant sur les programmes de financement des trajets des salariés). Il a même été évoqué de déménager les bureaux pour être plus accessibles en vélo. 
  • Concernant les déplacements professionnels : revoir la politique de véhicule de société, envisager des formations à l’écoconduite, revoir la politique de déplacements (par exemple, privilégier les déplacements en train quand cela est possible en moins de 4h). 
  • Et de manière générale : sensibiliser encore davantage les collaborateurs en organisant des ateliers, tels que des Fresque du Numérique8 (pour les départements achats et IT notamment), des Fresques de la Mobilité9 (avant de déployer un Plan de mobilité), des Fresques du Climat10 ou encore un Atelier 2tonnes11 (pour illustrer de manière concrète comment réduire nos émissions de GES individuellement et collectivement). 

Comme toujours dans ce genre d’exercice, beaucoup de personnes ont cherché à identifier une solution qui s’applique à tous (ah ! ce serait tellement beau d’en trouver une !). Mais la réalité est plus contrariante : il faudra certainement beaucoup de solutions variées pour répondre à des besoins différents et les combiner entre elle (covoiturage, voiture électriques, vélo électriques, train, trottinette, déménagement, télétravail…). Chacune de ces solutions contribue à une part de nos réductions d’émissions. Même si certaines sont relativement faibles, toutes ces solutions mises bout à bout nous permettent d’aller vers l’objectif de réduction. Et parmi ces initiatives, les dividendes climats12 peuvent être un puissant levier pour inciter les entreprises à investir financièrement dans des sociétés pour contribuer à l’atteinte de la neutralité carbone à l’échelle mondiale. 

Time for the Planet®  

Après avoir animé ces échanges sur le cas précis d’Infotel (et après avoir rappelé que les efforts doivent être faits à tous les niveaux, individuels et collectifs), le projet de Time for the Planet est exposé : lever 1 milliard d’euros pour créer, déployer et promouvoir 100 innovations qui adresseront le changement climatique en permettant de faire baisser les émissions de GES à l’échelle mondiale. 

En précisant les problèmes que Time for the Planet vise en particulier, puis en exposant les innovations12 dans lesquelles Time for the Planet a investi, et en décrivant enfin les Dividendes Climats13, Rémi veut donner des inspirations pour que Infotel – ainsi que chacun de ses collaborateurs – puisse contribuer à la lutte contre le changement climatique en investissant dans Time for the Planet pour financer ces innovations. 

Et puisque ces innovations sont partagées en open source dans le monde entier, nous pouvons envisager d’avoir un impact très significatif sur les gaz à effet de serre à l’échelle mondiale. Grâce à ce concept de partage, les innovations vont pouvoir se déployer bien plus vite que si nous en gardions la propriété. Rémi et Gillo apprécient vraiment ce projet dont ils sont membres, parce qu’il apporte des solutions concrètes !  

La question du compromis

Lors de ces conférences, un temps dédié aux questions est toujours prévu. Ce moment précieux est essentiel pour partager son ressenti et avoir un retour de l’auditoire sur les informations données et leurs éventuelles interrogations ou envie de partage. 

Il est par exemple intéressant que la question du compromis soit régulièrement soulevée. Par exemple, doit-on choisir de se déplacer en train pour un besoin professionnel lorsque le l’avion est plus rapide et nous permet d’être plus réactif face à un client pressé ou de retrouver notre famille à temps pour le dîner ? Doit-on vraiment ralentir les activités de l’entreprise ou changer sa clientèle ? Ou choisir une clientèle plus locale ? Difficile quand on adresse des marchés comme ceux d’Infotel. Difficile de renoncer. 

La conclusion  

Quand arrive l’échéance des 90 minutes, Gillo demande à l’assemblée d’évaluer à main levée le temps qu’ils viennent de passer ensemble (la fameuse méthode ROTI). C’est une méthode efficace pour améliorer les interventions et comprendre ce qui peut évoluer. Ce jour-là, une grande majorité de « positifs » et « bénéfiques » et une faible minorité de « sans plus » (mais personne pour exprimer une « perte de temps »). Et à la fin de cette session, beaucoup viennent aborder les animateurs pour continuer la conversation. 😊 

C’est le genre d’échanges que nous aimerions avoir avec chaque entreprise ou chaque territoire que nous rencontrons, parce que nous pensons que c’est dans ces occasions que les changements s’enclenchent, voire s’opèrent

Nous remercions l’authenticité et la franchise de tous les participants (notamment de ceux qui n’ont pas rechigné à nous challenger, en public comme dans les conversations privées). Nous avons bien entendu que notre discours pouvait manquer de positivisme dans les premiers temps. C’est parfois difficile d’être positif sur ce sujet … doit-on l’être d’ailleurs ? 

Nous remercions Infotel pour son aimable autorisation à partager ce moment d’entreprise avec nos lecteurs. 

Pour aller plus loin 

Si le sujet des enjeux climatiques vous intéresse et que vous souhaitez sensibiliser vos collègues ou votre direction, nous vous recommandons chaudement de nous contacter pour organiser une conférence dans votre entreprise. 

En attendant, pour creuser le sujet, voici quelques pistes d’actions : 


Sources

1 GIEC (IPCC en anglais) : Groupe d’experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat. https://www.ipcc.ch/languages-2/francais/ 

2 Accords de Paris : « vise à renforcer la riposte mondiale à la menace des changements climatiques […] notamment en contenant l’élévation de la température moyenne de la planète nettement en dessous de 2 °C par rapport aux niveaux préindustriels et en poursuivant l’action menée pour limiter l’élévation de la température à 1,5 °C par rapport aux niveaux préindustriels, étant entendu que cela réduirait sensiblement les risques et les effets des changements climatiques ». https://unfccc.int/sites/default/files/french_paris_agreement.pdf 

3 L’empreinte carbone moyenne en France métropolitaine est située entre 9 et 11t CO2eq par individu selon l’année de référence et les sources  (par exemple l’ADEME ou le Cabinet Carbone 4). Les Accords de Paris positionnent la cible à 2t CO2eq par habitant de la planète à horizon 2050. « CO2eq » (ou équivalent CO2) est la mesure normalisée de l’intensité radiative des gaz à effet de serre, c’est-à-dire de leur pouvoir réchauffant. Cette intensité est donnée en un équivalent CO2 (dioxyde de carbone) afin de pouvoir les comparer, même si les gaz à effet de serre ont des caractéristiques physiques différentes. https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89quivalent_CO2 

4 Selon les données de l’ADEME et l’estimateur https://monconvertisseurco2.fr/ 

5 Un article fait d’ailleurs référence à la colère comme étant une étape normale du deuil : Psychologie et climat (1/2) : déni, colère… Les 5 étapes du deuil (bonpote.com) 

6 Citepa : une association loi de 1901 qui a pour vocation de diffuser une information pertinente et d’actualité sur les évolutions réglementaires et technique en matière de pollution atmosphérique https://www.citepa.org/fr/  

7 Base de données des Bilans GES déclarés par les organisations françaises à l’ADEME : https://bilans-ges.ademe.fr/ 

8 Fresque du Numérique : un atelier collaboratif pour sensibiliser vos équipes aux enjeux du numérique. L’atelier vise à expliquer les grandes lignes des actions à mettre en place pour évoluer vers un numérique plus soutenable. https://mavana.earth/fresque-du-numerique/ 

9 Fresque de la Mobilité : Inspirée de la Fresque du Climat, la Fresque de la Mobilité est un atelier collaboratif de sensibilisation aux enjeux carbone de la mobilité des personnes. https://fresquedelamobilite.org/ 

10 Fresques du Climat : un atelier collaboratif pour accompagner vos équipes à comprendre les enjeux du changement climatique. https://mavana.earth/fresque-climat/ 

11 Atelier 2 tonnes : en 3 heures et en équipe, découvrez les leviers individuels et collectifs de la transition vers une société bas carbone, projetez-vous jusqu’à 2050 et identifiez le rôle que vous souhaitez jouer dans cette transition (note : Gillo en est également animateur).  https://www.2tonnes.org/  

12 Innovations Time for the Planet : https://www.join-time.com/fr/innovations 

13 Dividendes Climats : développé par Time for the Planet, Net Zero Initiative, Sweep, Carbone 4 et l’ADEME, les dividendes climats sont un système de valorisation des émissions de gaz à effet de serre évitées ou stockés. https://www.climate-dividends.com/ 


Objectifs de développement durable

Le thème de cet article répond aux ODD suivants :
=> 12. Consommation et production responsables
=> 13. Mesures relatives à la lutte contre les changements climatiques

Partager l'article

LinkedIn
Email

D'autres articles

Consultant Bilan Carbone ®

À la suite d’une conférence sur le climat dernièrement, la question d’un membre du public nous a interpellé. Il s’agissait d’un chef d’entreprise plein de

Partager l'article

LinkedIn
Email

D'autres articles

Consultant Bilan Carbone ®

À la suite d’une conférence sur le climat dernièrement, la question d’un membre du public nous a interpellé. Il s’agissait d’un chef d’entreprise plein de